Le retour de l'écriture

Le secret de mes chiffres obscurs a été découvert par un ami facebook. Il a tout deviné d'un seul essai. Oui, j'écris mon prochain roman. Sans trop y penser, mais avec un but en tête: le terminer d'ici le mois de mai. Je sens que j'ai besoin de vomir ce passé  le plus rapidement possible, parce que je me rends compte que j'oublie déjà le visage de mon ex.

C'est assez spécial comme sensation. Écrire les moments heureux. Décrire le couple, la chimie, l'entente sexuelle. Tout. Et chaque fois que je m'y replonge, je constate quelque chose de dramatique: plus les jours avancent, plus j'oublie le visage de Luc. Il devient un peu un personnage, quelqu'un qui n'a jamais existé. Ça me rend presque mal à l'aise, car je sais que j'écris sur lui, alors que ce n'est pas lui du tout.

Mon but est d'écrire le premier jet pour le mois de mai. Un bon gros 200 pages. Ça avance. Ça empiète sur ma routine d'entraînement. Je ne comprends toujours pas pourquoi j'écris mieux sous l'influence de l'alcool. On dirait que de tenir un verre de vin rouge me permet de me replonger dans le passé plus facilement. Mauvaise habitude, mais en même temps, c'est tellement libérateur.

Mes rêves sont troubles. Le fait d'écrire les histoires d'avant me plonge dans un sommeil où tous les hommes qui sont passés dans ma vie se pavanent. Ça donne lieu à des scénarios étranges, où Jean-François apparait, puis Sébastien, puis Luc, même Tania vient me troubler.

Je ne sais toujours pas vers où je m'en vais, mais j'ai besoin de vomir ce passé avant de le classer dans une grande boîte. Je m'amuse avec les années, les événements et les gens. Je mélange le tout. Pour créer une fiction qui n'a jamais eu lieu.

Je n'ai jamais été aussi mal dans ma peau, mais c'est comme si l'art de l'écriture devait prendre le dessus. Alors, je me laisse guider. C'est la seule chose que je peux faire. Pour tenter de rester humain, pour tenter de rester en vie.

Tout est déjà terminé depuis longtemps. Je l'accepte. Mais je dois l'immortaliser. C'est viscéral. Je ne dois pas me poser de questions, je dois écrire, éviter la censure et comprendre que le bonheur d'avant ne reviendra jamais dans le temps présent.

Connexion



Qui est en ligne ?
Nous avons 22 invités en ligne